Un été sans soirées : Pourquoi ?

16 Août 2020 | 0 commentaires

Accueil / Evènements / Un été sans soirées : Pourquoi ?

Les photos de cet article sont celles de notre dernière itinérance en famille, dans le 04, pour effectuer des relevés météoritiques en cette période de “pluie des étoiles”.

C’est un été dont les soirées sont silencieuses de votre absence. L’Observatoire vit toujours puisque ses activités sont faites de mille et une choses, mais c’est une saison résolument différente. J’ai eu plusieurs occasions de vous avoir au téléphone, désireux de rompre avec ces longs mois de confinement, une volonté de retrouver un peu de liberté, les yeux dans les étoiles. J’ai bien compris votre déception de ne pouvoir vous offrir ce “temps suspendu entre deux temps”. La plupart des Observatoires de la Région ont également fermés leur porte dans l’attente de jours meilleurs.

Alors pourquoi ne pas avoir, peut-être comme d’autres, proposé des soirées en ligne, depuis internet ? Distanciation sanitaire plus que respectée.

Il y a quelques années à présent, j’ai eu la chance de pouvoir me former dans différents Observatoires. L’un des tout premier où je me suis rendue proposait une somme de cours théoriques, préparations aux observations du soir. Je me souviens que notre formateur, lorsque l’on survolait théoriquement divers objets du ciel, nous montrait soit la photo telle que vue au travers d’un télescope, ou nous expliquait pourquoi tel objet n’était pas intéressant à observer.

Il faut comprendre qu’à cette époque je débutais avec une petite lunette, qui certes m’avait ouvert la voie de l’observation, mais me limitait aussi. J’étais avide et curieuse d’étendre ce champ des possibles, et il ne m’était pas concevable que l’on puisse à ce point “ruiner” mes chances de pouvoir enfin observer par moi-même de nouveaux objets du ciel.

Arrive le soir. Pour être honnête, je me demande même ce que je faisais là, tant ce que la formation amenait était aux antipodes de ce que je recherchais. Un télescope laissé seul attendait d’être utilisé. Le groupe s’était éloigné.

Me voilà seule, à la tombée de la nuit. Au-dessus de l’horizon brille une lumière éclatante. Elle se détachait de la fine coupe des montagnes au loin.

Je m’approche du télescope, je pointe et… j’en prend plein les yeux !

Lorsque je vous dis que “j’en prend plein les yeux”, il faut saisir que cela me touche dans ce que je suis à ce moment-là, parce que je suis en train de vivre une expérience à la fois sensible et intellectuelle. Quelque chose en moi a bougé. L’Astronomie, ce n’était pas de la technique, c’était d’abord une expérience personnelle et collective. C’est pourquoi un écran, une vidéo, peut amener certaines choses, mais ne remplacera jamais, pour moi, ce que vous vivrez lors d’une soirée.

J’espère donc vous rencontrer bientôt. Pour l’heure, nous serons présents au Festival d’Astronomie de Valberg la semaine prochaine, masqués et hydroalcoolisés, vigilance orange oblige.

Mais je tiens à rappeler, si ce n’est déjà fait, que la passion ne distancie jamais, elle rapproche.

PS: Le point lumineux au dessus des montagnes, c’était l’étoile Sirius.

Mélissa

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *