Jupiter, Saturne et Bossa Nova

17 Déc 2020

Bien souvent, sentons-nous confusément la nécessité d’être en accord avec soi, avec nos valeurs, avec nos actions. Bien souvent, avons-nous trop intégré que le bonheur est harmonieux et qu’il ne s’acquiert que dans un alignement, un ajustement, un équilibre, une façon d’être au monde avec laquelle nous devons être en permanence en phase. Nous nous susurrons à nous-mêmes des mots tels que reliance, congruence, adéquation.

Nous sentons, là encore, que tout ce qui est rugueux, dégingandé, passablement abimé, ne retiens pas notre attention, s’intègre mal à cette image d’Épinal du bonheur.

Et puis, il y a  João Gilberto qui chante avec sa guitare « Desafinado », et qui nous murmure :

« Se você disser que eu desafino amor
« Si tu dis que je chante faux, mon amour

Saiba que isso em mim provoca imensa dor
Sache que cela provoque en moi une immense peine

Só privilegiados têm ouvido igual ao seu »
Seuls les privilégiés ont une oreille comme la tienne »

Etre désaccordé comme un air de bossa nova légèrement à contretemps, qui produit un air doux et joyeux sur des paroles mélancoliques et nostalgiques.

Et puis, il y a aussi l’observation du ciel, qui elle, nous montre que les objets qu’il contient (étoiles, planètes…) ne sont pas naturellement alignés, si bien que lorsqu’il y a rencontre, conjonction, ceci constitue pour nous observateurs un événement à ne pas manquer.

Du 17 au 26 décembre 2020 les planètes Jupiter et Saturne vont se rapprocher du fait d’une accélération de notre angle de vision (la Terre ne va pas tarder à tourner de l’autre coté du Soleil par rapport à Jupiter et Saturne). Elles seront visibles, proches de l’horizon (direction sud-ouest) une demi-heure après le coucher du Soleil. Cette Grande Conjonction n’a lieu que tous les vingt ans et les conditions d’observations seront très favorables.

Pour un tel événement, nous voulions quelque chose de pétillant et de poétique, quelque chose qui puisse faire cohabiter le rapprochement de ces deux planètes, cet alignement avec ce qui en nous ne semble pas l’être toujours. Une façon de se redire que les contrastes et les nuances, du disgracieux et de l’harmonieux peut naitre de l’inattendu.

Et quel meilleur ambassadeur que la Bossa Nova, cette musique qui joue pour nos cœurs qui chantent faux pour accompagner cet événement remarquable.

Nous vous offrons donc cet outil pédagogique-poétique constitué de deux feuilles A4 assemblées. Vous pourrez y suivre tous les deux jours les étapes de la Grande Conjonction dans un décor inspiré de l’art naïf brésilien et parsemé d’extraits, de paroles, de chansons que nous avons le plus aimé du répertoire Bossa. Ces extraits racontent en filigrane l’histoire de l’attente, de la rencontre, de la séparation et d’une paix retrouvée.

Vous pourrez également retrouver dans notre Insta’stellar les liens vers les musiques pour accompagner vos observations et apporter à celles-ci une ambiance toute particulière.

« Você com sua música esqueceu o principal
« Toi avec ta musique tu as oublié le principal

Que no peito dos desafinados
Que dans la poitrine de ceux qui jouent faux

No fundo do peito bate calado
Au fond de leur poitrine bat silencieusement

Que no peito dos desafinados
Au fond de la poitrine de ceux qui chantent faux

Também bate um coração »
Bat quand même un cœur »

A propos de moi

Je suis Mélissa, chercheuse indépendante en Astronomie et en Sciences Humaine. Je m'engage pour une astronomie accessible, facile et qui donne des étoiles dans les yeux.

Ici je te parle de science, de Sciences Humaines mais je partage aussi un journal photographique et de la poésie étoilée du quotidien.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *